logo LPI
logo AUF
English   Português   Espagnol   Flux RSS
Page d'accueil » Certification » Politique de la certification LPI

Politique de la certification LPI

Les différentes politiques de choix qui guident le programme de certification

1 : Architecture des machines (8 février 1999)

Le programme essaiera d’être aussi indépendant de l’architecture de la machine que possible. Lorsque l’on estime que la mention de l’architecture est importante pour le programme, la référence sera celle de "Intel-PC". D’autres architectures peuvent être intégrées à fins de test si la demande paraît justifiée.

2 : Démarrage à partir du niveau 1 (8 février 1999)

Nous exigeons des candidats qu’ils passent le niveau 1 de la certification pour accéder à d’autres niveaux.

La motivation de cette obligation est que le LPI ne peut garantir pour les niveaux supérieurs un ensemble de compétences indispensables et un programme cohérent que si le candidat passe le niveau 1.

3 : Périmètre du programme de certification (8 février 1999)

Le programme de certification évalue les aptitude techniques et les savoir-faire nécessaire à un professionnel du monde Linux. L’accent est mis sur la compréhension plutôt que sur la mémorisation.

Le programme ne prends pas en compte d’autres connaissances qui sont nécessaires à un professionnel du domaine comme l’intelligence générale, les compétences dans le domaine social et du management, la connaissance du droit, être sensibilisé à la finance etc.

4 : Jargon (vocabulaire) (7 juillet 1999)

Le programme de certification ne porte pas explicitement sur la connaissance des acronymes et plus généralement du jargon usité dans la communauté. Les candidats doivent toutefois être familiers avec les concepts pour lesquels l’acronyme est couramment utilisé (par exemple TCP/IP). Cependant, il ne sera pas demandé de connaître la signification de l’acronyme.

Vous trouverez dans le glossaire, une liste de termes préférentiels et leurs synonymes qui ne sont plus en usage. Les acronymes qui ne sont pas explicitement définis comme "préférentiels" ne doivent pas être utilisés. Cette liste contient les définitions de certains termes dans leur contexte lorsque cela paraît indispensable. Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure du développement des tests par le LPI. Les tests seront mis en conformité avec cette liste.

5 : Renouvellement du contenu des examens (4 octobre 1999)

Le LPI reverra les objectifs d’évaluation ainsi que les examens et les modifiera lorsqu’il le jugera nécessaire afin d’ajouter de nouveaux élément, de vérifier la validité et la sécurité des tests mais aussi d’intégrer les retours de la communauté. Le LPI revisera les objectifs d’évaluation et les examens au moins tous les deux ans.

6 : Re-Certification (revu le 1er décembre 2006)

Lorsqu’une personne est certifiée par le LPI et reçoit son attestation (LPIC-1, LPIC-2, LPIC-3), il est recommandé de repasser la certification deux ans après la date de certification pour conserver une certification actualisée. Cependant, pour conserver une certification active, le certifié doit repasser la certification dans une période de cinq ans après la date de la certification.

La re-certification ne nécessite que de repasser les examens mis à jour du niveau de certification le plus élevé obtenu. A la suite de la réussite à la re-certification, la certification sera active à nouveau pour une durée de cinq ans.

Lorsque le certifié possède un niveau de certification plus élevé, les certifications de niveau inférieurs sont considérées actives durant cinq ans à partir de la date d’obtention de la certification de plus haut niveau. Cependant, les certifiés qui laisseraient expirer leur certification devront repasser tous les niveaux afin de réactiver leur certification.

L’ajout du statut "active" ou "inactive" des certifications a débuté dans la base de données du LPI le 1er septembre 2004. Les certifications (LPIC-1, LPIC-2 etc.) obtenues avant cette date seront soumises aux conditions de re-certification énoncées plus haut. Par conséquent, les certifications obtenues avant le 1er septembre 2004 seront considérées comme actives durant une période de cinq ans à compter de leur date d’obtention. Cependant, toutes les certifications obtenues avant le 1er septembre 2003 seront considérées comme actives jusqu’au 1er septembre 2008.

***************** ...ATTENTION.... Cher Candidat LPI,

Le LPI a annoncé dernièrement la publication des nouveaux examens LPIC 1 et LPIC 2.

Lorsque nous avons trace de votre ancienne participation qu’à un seul des deux examens d’un même niveau de certification (LPIC 1 ou LPIC2 / LPIC201 ou LPIC202) merci de noter que votre examen est toujours comptabilisé. Ceci signifie que si vous avez réussi un des deux examens du niveau 1 ou du niveau 2 dans son ancienne version, et que vous vous présentez avec succès à l’autre examen du même niveau, dans sa nouvelle version, votre certification de niveau 1 ou de niveau 2 sera pleinement comptabilisée.

Toutefois, le Conseil d’Administration du LPI inc. a arrêté une nouvelle procédure, depuis mars 2009, visant à limiter la durée de validité d’un examen, lorsque celui ci n’est pas complété du deuxième examen du même niveau de certification... C’est à dire qu’un examen réussi ne restera valable pour l’obtention de la certification que si l’on s’est présenté à l’autre examen du même niveau, 5 ans au plus tard après avoir passé le premier examen. Cette nouvelle procédure sera active à compté du 1er Septembre 2009.

Cette procédure vise à garantir que les candidats à la certification LPI sont en conformité avec les compétences et connaissances régulièrement mises à jour pourcorrespondre aux besoins du monde professionnel de Linux. ************************

7 : Repasser un examen (revu le 19 avril 2004)

Le conseil d’administration du LPI a voté une décision concernant les délais requis pour repasser un examen :
- Toute personne qui passe un examen doit attendre une semaine avant de pouvoir le repasser
- Toute personne qui passe un examen pour la deuxième fois (de suite) doit attendre quatre-vingt dix jours pour pouvoir le repasser
- Toute personne qui a réussi un examen ne peut le repasser dans un délai de deux ans

8 : Procédure disciplinaire

Les procédures disciplinaires du LPI ont pour but d’assister et d’informer les candidats à la certification ainsi que les certifiés au sujet des principes du LPI relatifs à la discipline et aux comportements professionnels. Un certifié ou un candidat à la certification accepte de se conformer aux principes que l’on peut trouver ici

9 : Doléances des candidats, réclamations et recours (19 avril 2004)

Les doléances qui concernent le contenu des questions, les critères de réussite, ou d’autres points spécifiques seront acceptés par le LPI et considéré comme faisant partie de son processus de contrôle de qualité. Cependant, aucune suite ne sera donnée.

Les doléances concernant l’inscription, les procédure de tests ou de test à nouveau doivent être faites en écrivant au LPI. Les doléances concernant la gestion d’une session d’examen doivent être faite par courrier signé adressé au LPI trente jours après l’examen. Le LPI fera connaître sa décision au candidat dans un délai de soixante jours après réception de la contestation.

Si le candidat désire faire appel de la décision, le candidat devra faire parvenir un courrier dans un délai de quinze jours après la réception de la décision du LPI. Dans un délai de soixante jours, le LPI doit organiser une audition (par exemple une audio-conférence).

Durant la période de cet appel,le conseil d’administration du LPI statuera uniquement lorsqu’une décision prise par le LPI était inappropriée si (1) une décision était basée sur des erreurs matérielles ou des faits, ou (2) si le LPI n’avait pas suivi les critères, procédures et politiques publiées. Seuls ces conditions, ces faits et le délai de la décision du LPI seront considérés durant la période de l’appel.

Le LPI , les candidats ou les certifiés peuvent effectuer des propositions d’accord, produire des documents et des témoignages, interroger et contre-interroger des témoins sous serment, effectuer des propositions d’accord exécutoires et présenter des dossiers suivant le calendrier prévu par le conseil d’administration. Les règles formelles de présentation des preuves s’appliquent. Les preuves pertinentes peuvent être soumises par voie électronique. Les contestations présentées sont réglées par un vote à la majorité du conseil d’administration.

Les contestations présentées sont réglées par un vote à la majorité du conseil d’administration qui clôt la procédure et est exécutoire. La décision du conseil d’administration est écrite et transmise aux certifiés ou candidats par un mail certifié lorsque cela est possible dans un délai de trente jours.

Demande pour une re-correction manuelle d’un examen

Bien qu’il soit extrêmement rare qu’une re-correction manuelle change le résultat d’un examen, les candidats no reçus peuvent effectuer une demande de re-correction pour les examens passés sur papier ou de manière électronique. Les demandes doivent être adressées par courrier et adressées au LPI joint à un paiement de 50 $US pour les frais (chèque certifié ou virement) à l’ordre du LPI. A ces conditions, l’examen sera alors re-corrigé manuellement. La demande de re-correction doit être adressée aux services centraux du LPI dans un délai de trente jours après la date de réception de la décision réussite ou d’échec. Les demande reçues hors de ce délai ne pourront être prise en considération. Les demandes de re-correction seront traitées dans un délai de trente jours après réception du courrier de demande et du paiement des frais.

10 : Politique de non-discrimination (19 avril 2004)

Le LPI ne fait pas de discrimination basée sur l’age, le genre, la race, l’orientation sexuelle, la couleur, la religion, le statut marital, l’origine nationale ou le handicap pour l’appartenance au conseil d’administration ou à une fonction de bureau, la candidature, la certification, la re-certification ou n’importe quelle activité du conseil.

En outre, le LPI s’engage à ce que toute personne puisse avoir la possibilité de passer un examen pour cause de handicap. Aux Etats-Unis, le protocole d’inspection des centres d’examens respecte les standards ADA, et sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant ainsi qu’aux personnes à mobilité réduites. Dans les autres pays, les installations sont dépendantes des normes locales qui seront prolongées lorsque cela est possible pour procurer des aménagements.

Des aménagements spécifiques peuvent être effectués pour des personnes qui ont des handicaps reconnus. Pour les personnes désirant bénéficier de dispositions spéciales pour les examens électroniques, elles doivent en faire la demande auprès du centre d’examen avant de planifier un examen. Le centre consultera le LPI à ce sujet afin d’examiner la demande. Pour les examens sur papier, les personnes doivent effectuer une demande directement auprès des services centraux du LPI au moins quatorze jours avant la date prévue de l’examen. Le LPI déterminera l’éligibilité de la demande. Le demandeur doit donner au moins quatorze jours au LPI pour examiner la demande, et si elle est acceptée prendre les dispositions pour trouver de la place dans un centre d’examen à une date spécifique.

11 : Politique de conservation d’information (19 avril 2004)

Cette politique s’applique à toutes les données et documents, indépendamment de leur forme physique ou de leur caractéristique (électronique ou papier) qui ont été reçus ou créés par le LPI dans le cadre de son activité commerciale.

A : Politique de détention

Le LPI peut conserver des données durant la période de leur utilisation immédiate, à moins qu’il ne soit nécessaire de les conserver plus longtemps pour conserver un historique ou pour se conformer à des dispositions légales ou contractuelles.

Les données gérées par le LPI sont classifiées en trois catégories de la manière suivante :

Classe 1 : Conservation permanente Les données qui sont permanentes sont détenues et conservées indéfiniment. Sont inclus dans cette catégorie, les compte-rendu des conseils d’administration du LPI, les politiques du LPI, les rapports annuels, ainsi que les données d’identification des candidats, le statut de leurs certifications et le dates de leurs examens.

Classe 2 : Données en cours Les données en cours sont celles qui sont conservées par commodité, pour y faire référence ou pour d’autres raisons par le LPI. Elles seront conservées trois ans. Sont inclus dans cette catégorie, la correspondance générale, les rapports financiers, les traces de paiement des employés ou des consultants. Sont inclus également dans cette catégorie, les rapports d’analyses (statistiques générales, analyse des sujets, pondération, analyse des tâches, les paramètres standard), les formulaires des examens, les données d’inscription des candidats et les données complètes des réponses aux examens des candidats.

Classe 3 : Sans conservation obligatoire Les documents et autres matériels qui ne sont pas des enregistrements n’ont pas besoin d’être conservés. Les documents et matériels (incluant les originaux et les copies) qui ne nécessitent pas d’être conservés, qui ne sont pas requis pour le fonctionnement du LPI ni sa continuité, et qui l’ont aucune valeur légale peuvent être détruits. Sont inclus dans cette catégorie, les documents créés par une personne pour ses besoins propres, brouillons (autre que des contrats) et des copies d’enregistrements qui ne sont plus utiles. Plus spécifiquement, sont concernés les messages de rappel, les correspondances diverses qui ne nécessitent par de suivi ou d’action, les courriels qui ne doivent pas être conservés et les dossiers de suivi chronologique. A part quelques exceptions, il n’y pas de besoins de conservation spécifique pour ce type de documents. Il appartient au créateur du document d’estimer la fin de son utilité commerciale.

B : Données n’entrant pas dans le schéma de conservation

Les données, les document ou autres matériels n’entrant pas dans ces catégories peuvent être détruits à tout moment moyennant le fait qu’ils aient été conservés durant la période conseillée pour des documents de type similaires.

C : Stockage et sécurisation des données

Les données peuvent être stockées dans les locaux des services centraux du LPI ou sur des serveurs externes gérés par le LPI si les données sont utilisées couramment ou maintenues dans les locaux pour des raisons de commodités et de facilité d’accès. Les fichiers suivants sont des exemples de fichiers de données maintenus dans les locaux des services centraux du LPI : dossiers de suivi chronologique, données de références et issues de recherches, dossiers administratifs ou personnels, dossiers en attente. Les données qui ne sont plus actives, c’est à dire pour lesquelles l’utilisation a diminué suffisamment pour ne plus nécessiter d’être stockées dans les locaux du LPI, peuvent être stockées dans des installations hors-site.

Certaines données nécessitent des mesures de sécurité additionnelles pour assurer la continuité du processus d’examen.

Ces données incluent : 1) Les informations concernant les candidats (statut des certifications, date des examens, données d’inscription et d’identification, données complètes des réponses aux examens) 2) Analyse par sujets avec les réponses clefs 3) Formulaire des examens 4) Enregistrement en rapport avec des sujets spécifiques (banque de sujets)

Un certain nombres d’informations concernant les candidats doivent être rendues publique (statut de la certification et date de l’examen) afin que les candidats puissent attester de leur réussite à la certification à un employeur (ou une autre personne) en lui fournissant un login et un mot de passe utilisables au travers d’une connexion http sécurisée . Aucune autre information du candidat n’est accessible par ce biais.

Pour les informations du candidat restantes qui sont plus détaillées, de même que pour les informations décrites dans les points 2) à 4) ci-dessus, le niveau de sécurité doit être au plus haut niveau Pour les formats électroniques, l’accès aux données individuelles des candidats se fait de manière cryptée et/ou sont protégées par un mot de passe. L’accès est réservé à l’administrateur du serveur, au gestionnaire de la base de données et au vice-président chargé des opérations. Additionnellement, les données comme les analyse de sujets, les formulaires des examens, le contenu de sujets spécifiques et la banque de sujets sont situés sur un serveur du LPI et accessibles par le responsable du développement des examens, le responsable des certifications et d’autres personnels du LPI désignés spécifiquement par eux.

Pour les données sous un format physique, elles sont stockées sur le site du LPI dans des armoires fermées située dans un bureau sécurisé. Lorsqu’ils sont transmis sur le lieu des examens, les examens sous forme papier restent en possession des employés du LPI ou du proctor agréé désigné. Les documents peuvent être transmis par courrier en utilisant un service de livraison qui nécessite une signature pour récupérer les documents. Lorsque la gestion de l’examen papier est terminé, les examens sont détruits.

Si une brèche de sécurité est découverte, il incombe aux personnels du LPI d’agir le plus rapidement possible afin de minimiser les effets causés par la brèche. Du côté des administrateurs du système et des bases de données, les actions à effectuer sont : changer immédiatement les mots de passe, vérifier les versions de logiciels et être sûr d’avoir la dernière, identifier comment l’attaque a réussi et mettre les changements nécessaire en oeuvre pour que cela ne se reproduise plus. Les données seront comparées à des sauvegardes réputées sûres pour vérifier les intrusions ainsi que les modifications des données et réparer toutes les incohérences trouvées.


Les articles de la rubrique


En bref...